Energie en Europe : les réponses de Louis Jourdan

Interview de Louis Jourdan, Ancien porte-parole des industries chimiques à Bruxelles, Animateur du Groupe de Travail « Énergie/Climat » du Mouvement Européen-France, Président du Mouvement Européen Ille-et-Vilaine

Energie en Europe : les réponses de Louis Jourdan

Face à une demande croissante et une consommation accrue comment approvisionner l’Europe en énergie suffisante et sûre et combattre l’augmentation de la dépendance envers les importations tout en respectant l’environnement ? Louis Jourdan

Louis Jourdan

Quel sera, selon vous, la part des énergies renouvelables dans l’Europe de demain ?

A terme, quand il n’y aura plus aucune réserve fossile, ce sera forcément 100 % ;

A l’horizon 2030 – 2050, les énergies renouvelables dans leur état technologique actuel (éolien, solaire photo-voltaïque ou thermique, énergies marines, bio-masse, …) ne pourront sans doute pas répondre à la demande, même limitée par les progrès de l’efficacité énergétique. Les chiffres varient suivent les spécialistes en prospective, et je ne suis certainement pas qualifié pour en avancer un, mais je suspecte qu’en 2050 fonctionneront encore des centrales au charbon, au gaz, ou nucléaires…

Ceci impose une approche prudente et raisonnée de la sortie du nucléaire de fission (le nucléaire actuel, dit de “fission”, n’est pas une énergie renouvelable, puisque les réserves d’uranium, sa matière première, sont forcément limitées même si elles sont encore relativement abondantes ; mais il ne génère pas de CO2 et son impact sur le climat est donc très limité) ;

Mais ceci impose aussi un investissement important :
- dans les outils de production d’énergie renouvelable de façon à atteindre entre 50 et 75 % en 2050,
- et aussi dans les infrastructures de transport d’énergie, d’électricité en particulier, puisque l’électricité ne se stocke pas et que l’électricité d’origine renouvelable est loin d’être toujours disponible là et quand on en a besoin ;

Enfin ceci rend nécessaire un effort de recherche gigantesque pour trouver la source d’énergie pratiquement inépuisable, sûre, non polluante, pas trop chère… peut-être le nucléaire de fusion (ITER) ? – il ne sera vraisemblablement pas opérationnel avant la fin du XXIème siècle…

En tant qu’acteur de la société civile européenne, comment pensez-vous que les citoyens peuvent s’approprier les questions énergétiques ?

Il faut faire comprendre aux citoyens qu’en matière d’énergie, un geste aussi banal que tourner un interrupteur ou prendre une douche est un acte politique !

Des outils existent ou se mettent en place : par exemple le programme EcoWatt qui dans certaines régions “sensibles” parce qu’elles produisent peu par rapport à leur consommation (Bretagne, Côte d’Azur) invite les citoyens à volontairement moduler leur consommation lors des pics de consommation. Ceci sera encore plus facile lorsque tous les foyers seront équipés des “compteurs communicants” qui commencent à se mettre en place.

Les collectivités locales, en particulier les communes, parce qu’elles sont proches des citoyens, ont un effet d’entraînement majeur par leur gestion de l’énergie : éclairage public, économies de chauffage dans les bâtiments publics, incitation aux transports collectifs ou partagés, etc. La « Convention des Maires » est une remarquable initiative de la Commission européenne.

Bien entendu l’élément majeur de cette appropriation est l’éducation à la sobriété énergétique, éducation à commencer dès le plus jeune âge – et à répéter souvent !

Le débat intitulé « Energie en Europe : dépendance ou interdépendance ? » a pour objectif de sensibiliser le grand public à la thématique de l’énergie et de créer un débat sur les politiques et mesures mises en place par l’UE pour répondre aux défis énergétiques.

Programme :

Ouverture : Jean-Luc SAURON, Vice-président délégué du Mouvement Européen-France, Dominique MAILLARD, Président du Directoire de RTE (Réseau de Transport d’Électricité), Louis JOURDAN, Président de la section du ME-F Ille-et-Vilaine

Intervenants : Jan-Horst KEPPLER, Professeur à l’Université Paris-Dauphine et expert à l’OCDE, Dominique MAILLARD, Président du Directoire de RTE (Réseau de Transport d’Électricité) Dominique RAMARD, Président de la commission environnement, Délégué à l’énergie et au climat de la Région Bretagne, Barbara SELLIER, Responsable du secteur politique au sein de l’unité « Politique énergétique et analyses économiques » de la Direction générale de l’Energie de la Commission européenne Modérateur : Sami ANDOURA, Chercheur senior, Notre Europe

Informations pratiques : Lieu : Espace Ouest-France, 38 Rue du Pré Botté, 35000 Rennes Date : Mardi 4 octobre 2011 Horaire : 18h30-20h30

Organisé par : Mouvement Européen-France et sa section Ille-et-Vilaine Soutiens : Réseau de transport d’électricité (RTE) et Ouest France Partenaires : Maison de l’Europe Rennes – Haute Bretagne, les Jeunes Européens-France, le département Ille-et-Villaine Partenaires médias : Fenêtre sur l’Europe, Touteleurope.eu, Enerpresse, Eur@dio Nantes, EurActiv.fr et le Taurillon

Inscriptions :

Pour vous inscrire, nous vous invitons à compléter le formulaire suivant.

Pour visualiser le flyer, cliquer ici.

Contacts :

Dominika Rutkowska-Falorni – dominika chez mouvement-europeen.eu Elsa Couturier – elsa chez mouvement-europeen.eu Tél. : 01 45 49 93 93

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom