Laurent Hénart demande à Nicolas Sarkozy la création d’un Haut Commissaire aux politiques transfrontalières

Interview de Laurent Hénart, tête de liste UMP en Lorraine aux régionales 2010

, par Les Jeunes Européens - Lorraine

Laurent Hénart demande à Nicolas Sarkozy la création d'un Haut Commissaire aux politiques transfrontalières

Laurent Hénart est la tête de liste régionale de la majorité présidentielle en Lorraine. Député de Meurthe-et-Moselle et président de l’Agence Nationale des Services à la Personne, il nous présente l’ambition européenne que défend sa liste pour la région Lorraine.

JE-Lorraine : La politique régionale de l’Union européenne consacre des sommes importantes au cofinancement de projets de développement en région Lorraine. Si vous êtes élus président de la région Lorraine, quelles seront vos priorités dans l’utilisation de ces financements européens ? Pourquoi ?

Laurent Hénart : Nous sommes convaincus que les régions sont au cœur du projet européen. A travers la mise en œuvre du droit de l’Union européenne au niveau local, à travers la coopération transfrontalière, elles contribuent largement à l’intégration européenne. A travers leur diversité, elles incarnent les multiples visages de l’Europe et portent chacune une part de l’identité territoriale, linguistique et culturelle européenne. A travers leurs politiques et leurs projets, enfin, elles ont tout leur rôle à jouer pour rapprocher l’Europe des citoyens, mais aussi pour faire de la cohésion européenne une réalité. Aujourd’hui, cependant, beaucoup reste à faire. Pour nos concitoyens, l’Europe reste trop souvent une réalité lointaine que les régions, dans leurs domaines de compétences, pourraient contribuer à concrétiser davantage.

Par ailleurs, si les fonds européens cofinancent chaque année un grand nombre de projets (la politique de cohésion française est financée à hauteur de 14,7 milliards d’euros par des fonds européens), la mise en œuvre des fonds structurels et le financement des projets sont trop lents. Nous sommes très loin d’avoir trouvé une utilisation à la moitié des fonds disponibles et en ce qui concerne le paiement, seuls 9,62% des 347 milliards d’euros de la politique régionale européenne jusqu’en 2013 ont jusqu’ici été versés aux porteurs de projets.

C’est pourquoi nous proposons :
- La gestion des fonds européens (et notamment le FEDER, le FEADER et le FSE) au niveau des régions pour optimiser l’utilisation de ces fonds. Ceci contribuera à simplifier l’instruction des dossiers des fonds européens.

- Le fléchage des fonds déconcentrés sur les projets prioritaires des régions dans les domaines de l’innovation, de la recherche et du développement durable au service de la compétitivité des territoires.

JE-Lorraine : Quel bilan faites-vous dans votre région des projets réalisés avec l’aide des financements européens au cours des dernières années ?

Laurent Hénart : Contrairement aux discours frileux de l’équipe sortante, qui refuse d’accepter la dimension transfrontalière de notre économie régionale, il faut aujourd’hui assumer que le partenariat économique transfrontalier est une chance pour la Lorraine. Malgré la crise, le marché de l’emploi reste dynamique au Luxembourg : chaque fois que trois emplois y sont créés, un revient à un Lorrain. Ne voyons pas le Luxembourg comme une concurrence mais comme un partenaire !

JE-Lorraine : Quels sont les atouts européens de votre région ?

Laurent Hénart : La proximité de la Lorraine avec le Luxembourg, la Sarre et à la Belgique est une chance, pour peu que nous sachions dialoguer avec nos partenaires et faire valoir les intérêts des Lorrains. C’est pourquoi il nous faut être en capacité de prendre les enjeux transfrontaliers à bras le corps, tant au niveau de la Région que de la France : nous nommerons un Vice-président du Conseil régional spécialement chargé des questions transfrontalières et nous obtiendrons de l’Etat la création d’un Haut Commissaire aux politiques transfrontalières.

Exemple de la nouvelle politique que nous mènerons, l’opération d’intérêt national sur Belval, annoncée par le Président de la République en octobre dernier, permettra de créer une éco-cité afin de donner un nouveau dynamisme à ce territoire. Nous demanderons à ce que cette opération soit pilotée par le Haut Commissaire aux politiques transfrontalières, afin qu’elle soit suivie et impulsée au plus haut niveau de l’Etat.

JE-Lorraine : Certaines régions ont développé depuis plusieurs années des mécanismes d’aide à la mobilité en Europe, notamment à destination des jeunes. Quels sont vos objectifs dans ce domaine surtout vu la situation transfrontalière en Lorraine ?

Laurent Hénart : Si je suis élu président de Région je proposerai la création d’un « ERASMUS pour apprentis » afin de favoriser la mobilité et les échanges au sein de la Grande Région et permettre aux apprentis d’acquérir une véritable culture européenne. Il est également nécessaire de mettre en œuvre un partenariat avec l’Université du Luxembourg. Il est essentiel, si on ne veut pas qu’une concurrence stérile s’instaure à l’avenir pour attirer les meilleurs professeurs et les meilleurs chercheurs dans la Grande Région.

JE-Lorraine : Avez-vous l’intention de mettre en place ou de renforcer des coopérations avec des régions d’autres pays ? Dans quel but ?

Laurent Hénart : Nous souhaitons commencer par approfondir nos relations avec nos trois partenaires naturels, que sont L’Allemagne, le Luxembourg et la Belgique. Afin d’améliorer le quotidien de nos 80 000 travailleurs transfrontaliers, nous proposons de :

- développer les coopérations transfrontalières de toutes sortes : construction de nouveaux parcours touristiques transfrontaliers, développement d’infrastructures, organisation de manifestations transfrontalières, jumelage de communes françaises / allemandes…
- favoriser l’intervention des services de secours français et allemands (sapeurs-pompiers ou SAMU) de part et d’autre de la frontière (en conventionnant)
- favoriser l’accès aux soins dans les hôpitaux de proximité des pays limitrophes
- d’investir dans l’apprentissage de l’allemand à tous les âges : créer des crèches transfrontalières, favoriser l’implantation de CFA transfrontaliers (il n’y en a pas en Lorraine !), soutenir les stages en apprentissage en Allemagne
- de proposer aux personnes sans emploi des formations qualifiantes dans les pays voisins
- de développer l’apprentissage du luxembourgeois.
- d’étendre le dispositif d’enseignement du luxembourgeois au niveau du lycée et de l’Université afin de garantir aux élèves et étudiants une continuité de formation linguistique.

Illustration : Laurent Hénart en campagne pour les régionales.

Source : Flickr

Mots-clés

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom