Le régime biélorusse : « une verticale présidentielle et une violence systématique envers ses opposants »

Interview de Virginie Symaniec

, par Fabien Cazenave

Le régime biélorusse : « une verticale présidentielle et une violence systématique envers ses opposants »

Virginie Symaniec est co-auteur avec Jean-Charles Lallemand de « Biélorussie, mécanique d’une dictature ». Elle revient pour le Taurillon sur la complexité de la situation biélorusse, prise entre deux modèles européens. Au détriment de ses citoyens.

Le Taurillon : Quels sont les éléments qui font de la Biélorussie une dictature ?

Virginie Symaniec : On a pris l’habitude de qualifier vulgairement de « dictature » des régimes sanglants, reposant sur un ordre militaire ou pratiquant des politiques de massacre. La Biélorussie est loin de correspondre à ce type de modèle. Pourtant, le régime biélorussien s’organise autour du pouvoir d’un seul homme, qui s’est appuyé sur des institutions en voie de démocratisation et l’instauration du suffrage universel pour accéder au pouvoir. Aliaksandr Loukachenka n’a certes pas cessé depuis de qualifier la Biélorussie de « démocratie », en ne retenant souvent que la croissance économique pour preuve de cette assertion. Il demeure que son régime a été marqué, dès 1994, par le développement, notamment, d’une verticale présidentielle, d’une violence systématique envers ses opposants ; par des atteintes quotidiennes aux droits de l’homme, par le muselage de la presse, par des élections truquées, etc.

J’avoue que je n’ai jamais très bien compris le rapport de cause à conséquence que le gouvernement biélorussien semble instaurer entre le fait de développer la croissance économique du pays (ce qui est d’ailleurs louable en soi, car on ne voit pas pourquoi les Biélorussiens devraient vivre moins bien que les autres européens) et le fait de mettre les gens en prison pour leurs idées.

Le Taurillon : Le Président Loukashenko multiplie des gestes contradictoires envers la Russie ou l’Union européenne. Quel est son but ?

Virginie Symaniec : Je ne suis pas persuadée que l’on puisse qualifier les gestes de A. Loukachenka envers la Russie ou l’Union européenne de « contradictoires ». Certes, d’un point de vue strictement géopolitique et puriste en termes de développements dits civilisationnels, on pourrait parler de paradoxe. Si l’on envisage en revanche le problème d’un point de vue strictement économique, en acceptant de se mettre un peu à la place des Biélorussiens, je ne vois là aucun paradoxe du tout. Il me semble qu’officiellement, le but qu’a toujours affiché le gouvernement biélorussien est de gagner une guerre économique.

De ce point de vue, A. Loukachenka s’est sans doute révélé plus stratégique et plus combatif que ne le souhaitaient la Russie ou les dirigeants européens en se jouant des anciens modèles coloniaux. Le gouvernement biélorussien semble en effet vouloir changer l’image de la Biélorussie comme éternelle « périphérie » de deux principes civilisationnels prétendument opposés en Europe. Ce projet de repositionnement de la Biélorussie comme « centre » au plan international est le corrolaire de la mise en oeuvre d’un véritable projet de société, auquel on assiste depuis 1994, et qu’on aurait tort de croire incohérent ou non théorisé.

Le Taurillon : Depuis 2007, comment a évolué la situation pour les citoyens biélorusses ?

Virginie Symaniec : Quels citoyens ?

Le Taurillon : Qu’est-ce qui dans votre parcours personnel vous a donné envie de co-écrire ce livre ?

Virginie Symaniec : Jean-Charles Lallemand a reçu une proposition de notre éditeur et m’a invitée à faire partie de l’aventure. J’ai interprété cette proposition comme une chance qui nous était offerte de synthétiser et de diffuser plus largement les faits que nous avions patiemment recensés depuis 1996 dans le cadre de nos activités communes d’édition pour le bulletin associatif Perspectives biélorussiennes, ainsi que comme une possibilité de réaliser quelque chose de constructif à partir de notre expérience à la fois singulière et complémentaire de la Biélorussie.

Illustration : couverture de « Biélorussie : mécanique d’une dictature » co-écrit par Jean-Charles Lallemand et Virginie Symaniec.

Présentation de l’éditeur

Des élections truquées ; une opposition politique étouffée ; des journalistes, des syndicalistes et des artistes muselés ; des dissidents emprisonnés, diffamés, voire assassinés... La Biélorussie est bel et bien une dictature « classique ». Mais le régime autoritaire du président Alexandre Loukachenka est aussi une dictature ancrée dans son temps, où le culte de l’État et de l’économie administrée coexiste avec des formes de capitalisme débridé. Au-delà des discours convenus sur « l’indépassable héritage soviétique », les auteurs montrent ce qui a permis l’installation d’un tel régime et son maintien depuis plus de douze ans : fonctionnement du pouvoir, fondements idéologiques, dynamiques sociales et culturelles, instrumentalisation des crises diplomatiques. Ils fournissent en même temps un mode d’emploi très précis du processus dictatorial et s’interrogent sur l’avenir de ce pays : un scénario à l’ukrainienne ou à la géorgienne est-il envisageable ? La crise sur les approvisionnements de gaz et de pétrole russes, qui a éclaté fin 2006, va-t-elle déstabiliser le régime ? La société civile est-elle capable de susciter un virage démocratique ? D’où viendra le changement ?

Biographie des auteurs
- Jean-Charles Lallemand est politologue, spécialisé dans l’étude de la Russie et de la Biélorussie.
- Virginie Symaniec est spécialiste des questions culturelles et linguistiques en Biélorussie. Tous deux animent l’association Perspectives biélorussiennes

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom