Clément Beaune, ancien « sherpa » d’Emmanuel Macron, nommé secrétaire d’Etat aux affaires européennes

, par Théo Boucart

Clément Beaune, ancien « sherpa » d'Emmanuel Macron, nommé secrétaire d'Etat aux affaires européennes
Clément Beaune (à gauche) avec le président du Parlement européen Sassoli. Crédit : Parlement européen 2019

Il aura fallu trois semaines pour que le nouveau gouvernement dirigé par Jean Castex se dote de secrétaires d’État. Parmi eux, Clément Beaune, jeune énarque de 38 ans et ancien « sherpa » d’Emmanuel Macron lors des négociations à Bruxelles, est nommé aux affaires européennes.

Après une attente très longue, un Conseil européen extraordinaire et un carton rouge de notre rédaction, le verdict est enfin tombé. Matignon a officialisé la nomination de Clément Beaune au poste de secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

A presque 39 ans, le nouveau secrétaire d’État est un fidèle d’Emmanuel Macron, à son côté dès le début de l’aventure qui a mené l’ancien protégé de François Hollande à l’Élysée en mai 2017. Issu de l’École Nationale d’Administration et du Collège d’Europe de Bruges, l’ancien conseiller budgétaire du Premier ministre Jean-Marc Ayrault (2012-2014) succède à Amélie de Montchalin (qui est devenue ministre de la transformation et de la fonction publiques) et était déjà pressenti pour succéder à Nathalie Loiseau, qui occupait à l’époque un rang de ministre.

Stratège de la campagne européenne

Cette nomination n’est pas vraiment une surprise. Durant la campagne des élections européennes de l’année dernière, celui qu’Emmanuel Macron avait choisi dès 2017 pour être son « Sherpa » (son représentant personnel lors des négociations européennes) a été un véritable stratège de l’ombre, invisible médiatiquement, mais omniprésent en coulisses, chargé d’épauler la tête de liste "Renaissance" Nathalie Loiseau et de nouer des alliances européennes pour fonder la nouvelle offre politique au niveau du Parlement européen. Preuve supplémentaire de confiance de la part du Président, Clément Beaune rédigeait également la plupart des trames des discours européens d’Emmanuel Macron.

Ses compétences et son esprit pédagogue suscitaient déjà à l’époque l’admiration de ses pairs. De grands quotidiens nationaux, comme Le Monde et Libération, avaient fait un portrait assez élogieux à l’occasion des ultimes tractations politiques avant le scrutin du 26 mai 2019. Sa notoriété dans le cercle fermé des diplomates a même dépassé les frontières françaises. Dans un article dithyrambique paru en mars 2019 dans le quotidien économique allemand Handelsblatt, Clément Beaune, « l’Homme de Macron pour l’Europe », est décrit « comme plus lucide que bien des observateurs allemands dans son analyse de ‘la période de transition’ dans laquelle est plongée la République fédérale depuis les élections législatives ».

Durant ses années au cœur de la machine bruxelloise, le jeune Beaune a su tisser un solide réseau de contacts dans différents pays européens, un vrai atout pour le Chef de l’Etat, que l’on dit souvent trop impatient et faisant trop souvent « cavalier seul » sur la scène européenne.

Présidence française du Conseil en ligne de mire

Le nouveau Secrétaire d’État dispose donc d’une solide expérience des arcanes bruxelloises, ce qui est une bonne chose en vue de la préparation de la Présidence française du Conseil de l’UE, prévue de janvier à juillet 2022, autrement dit durant la campagne présidentielle française.

Cette nomination était d’autant plus attendue que le Conseil européen du week-end dernier a acté le lancement d’un programme de relance de l’économie européenne pour pallier les conséquences de la pandémie de coronavirus. Ce programme, intitulé Next Generation EU, sera en outre adossé au cadre financier pluriannuel 2021-2027. Omniprésent durant ce Conseil européen hors norme, Emmanuel Macron a pu donner l’impression de vouloir monopoliser les questions européennes et d’apparaître comme le seul acteur pertinent auprès de son opinion publique.

S’il reste jusqu’à la prochaine échéance présidentielle, Clément Beaune aura donc beaucoup à faire pour porter haut et fort la voix de la France dans les institutions européennes. S’il fait assez peu de doutes que le nouveau secrétaire d’État a les capacités pour le faire, on peut seulement regretter que celui-ci n’occupe pas un rang plus élevé de ministre.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom