Les Verts s’adressent aux jeunes pour leur primaire européenne

Retour sur le débat en ligne du 9 janvier dernier

, par Alexandra Lafont

Les Verts s'adressent aux jeunes pour leur primaire européenne

Le Parti Vert Européen, dans sa volonté de personnaliser les élections européennes et d’impliquer les citoyens dans le choix de l’Europe de demain, organise depuis novembre et jusqu’au 28 janvier 2014 à 18h00 (heure de Bruxelles) la Primaire des Verts. Durant cette primaire, toute personne résidente de l’UE âgée de plus de 16 ans et soutenant « les valeurs, les objectifs et le travail du Parti Vert Européen » pourra voter pour un candidat à la Présidence de la Commission Européenne.

Ainsi, si vous, derrière cet écran, remplissez ces critères, vous pouvez dès maintenant choisir entre José Bové, Monica Frassoni, Ska Keller et Rebecca Harms. Vous avez seulement besoin d’un accès à Internet, d’une adresse e-mail et d’un téléphone mobile permettant de recevoir des SMS. Rendez-vous sur www.greenprimary.eu et suivez les instructions, vous recevrez des codes d’identification pour éviter toute fraude dans le processus d’élection des deux candidats principaux (dont une femme au minimum).

Différents débats publics et en ligne ont eu lieu pour permettre aux électeurs de faire leur choix. Dans cet article nous souhaitons proposer une analyse du débat du 9 janvier dernier sur le site de la League of Young Voters, qui portait sur les programmes des candidats pour la jeunesse européenne.

C’est le format du « Online Hangout » qui a été choisi pour organiser ce débat : tous connectés en visioconférence, armés de leurs webcams, les 4 candidats disposaient chacun d’une minute pour répondre à la question posée par le modérateur des Young Voters. Le débat était retransmis en direct en vidéo sur le site site des Verts européens. Le modérateur a posé 3 questions, puis les jeunes sur Facebook, Twitter et les sites Internet des organisations pouvaient poser leurs questions.

Inspirée des islandais, cette forme de débat peut paraître un peu longue avec 4 candidats qui se succèdent à chaque question, mais a néanmoins son charme, notamment parce que les candidats les plus âgés se donnent du mal pour maîtriser les nouvelles technologies. Par exemple, Monica Frassoni oubliait systématiquement de remettre le micro de son ordinateur, et lorsque la connexion Internet de José Bové lui a fait défaut, il a su rebondir sur la fracture numérique entre villes et campagnes. En définitive, ce débat avec les candidats en direct de leur salon donne un aspect plus accessible à la politique et met en lumière les différentes personnalités des candidats.

Un même programme, des personnalités différentes pour le porter

Ska Keller est une jeune allemande de 32 ans, elle veut être la voix des jeunes européens et faire valoir leurs choix sur la scène politique : la lutte contre le racisme et pour une justice sociale et environnementale. Elle souhaite aussi une véritable solidarité entre les générations et les pays membres de l’Union.

Rebecca Harms, allemande également, préfère qu’on l’appelle « Bekki » fait valoir au contraire son expérience politique. C’est avec « passion et patience » que la co-dirigeante du groupe des Verts au Parlement Européen veut plaider pour des politiques de long-terme et une Europe plus durable et solidaire.

José Bové aussi défend son expérience dans des mouvements de lutte populaire comme dans le Larzac, ou dans la désobéissance civile contre la culture de champs OGM, le nucléaire et les gaz de schiste. Il veut représenter la ruralité, la périphérie, les pays vulnérables économiquement et appelle les jeunes de toute l’Europe à s’indigner de la situation actuelle et à utiliser leur voix en mai prochain.

Enfin, Monica Frassoni veut une Europe plus démocratique, plus compréhensible par les citoyens, elle veut pour cela rendre les Verts plus visibles et crédibles. Selon elle, les solutions au chômage et aux problèmes des (jeunes) européens résident dans un un « Green New Deal » et un renouveau de participation citoyenne.

Une jeunesse militante, nécessaire à une Europe plus démocratique

Monica Frassoni est convaincue que la participation politique des jeunes, c’est à dire leur vote aux élections et leur soutien aux institutions européennes, est essentiel à l’Union. Pour créer les politiques adéquates pour les jeunes européens, ils doivent faire entendre leurs besoins et ce qu’ils attendent de l’Europe de demain.

Ska Keller rappelle que les jeunes sont peu représentés dans le processus de prise des décisions à Bruxelles et Strasbourg. Il est temps que ce déficit de représentation soit résorbé, notamment en permettant aux jeunes de voter dès 16 ans comme le propose les Verts.

Permettre aux jeunes d’accéder au marché du travail, nouveau sens du projet européen ?

Rebecca Harms et José Bové rappellent que la récession économique, durement vécue par les jeunes au Sud et à l’Est, ne doit pas être une excuse pour ne pas investir dans l’éducation et surtout la formation professionnelle, car Erasmus ne bénéficie qu’aux jeunes dans un cursus universitaires.

Monica Frassoni et Ska Keller insistent sur la nécessaire coopération au sein des institutions, pour réguler un certain nombre de secteurs mais aussi investir dans les nouvelles technologies et l’économie verte, fortement créatrices d’emplois, selon elle.

Mobiliser pour les élections ? Le terrain, la pédagogie et la dédiabolisation de la politique

Pour encourager les européens à se rendre aux urnes en mai prochain, Rebecca Harms reprend l’idée du porte-à-porte et se rend sur le terrain où les citoyens appellent l’Europe (et les Verts) à l’aide : en Pologne où des citoyens luttent contre l’extraction de gaz de schiste, en Finlande où la construction d’une centrale nucléaire est contestée...La candidate allemande invite les européens à utiliser leurs voix directement dans l’isoloir dans quelques mois.

Ska Keller parle de dé-diaboliser la politique européenne, faire de la pédagogie et expliquer les victoires politiques de l’Union Européenne. La « bulle européenne » peut porter des projets à un niveau de décision plus approprié, lorsque le niveau local n’a pas assez d’influence. Ainsi, l’UE a fait interdire 3 pesticides très nocifs pour les abeilles, ainsi que l’accès au marché européen de produits testés ou partiellement testés sur des animaux par exemple. De telles décisions sont efficaces parce qu’elles sont prises pour 28 Etats.

José Bové pense que les citoyens sont dégoûtés des politiques parce que beaucoup d’entre eux restent au pouvoir toute leur vie, lui fait de la politique car il est convaincu qu’il peut faire bouger, changer les choses. Il espère ainsi convaincre les électeurs que certains hommes, certaines femmes politiques croient profondément en ce qu’ils font. Monica Frassoni parle aussi de rétablir le lien entre ce que les citoyens veulent, et les décisions prises dans les lieux de pouvoir européens.

Briser la spirale infernale des stages : encourager les employeurs à faire confiance aux jeunes

Ska Keller, Rebecca Harms et Monica Frassoni s’accordent à dire qu’il est nécessaire de réglementer sur les conditions de travail et de salaire des stagiaires et investir dans l’éducation, la santé et l’économie verte, notamment dans l’efficacité énergétique et les renouvelables pour créer durablement des emplois de qualité.

José Bové ajoute l’idée d’accompagner un changement de culture dans l’entreprise en incitant la mise en place pratique de formations par les seniors pour les jeunes à l’intérieur d’une entreprise, ce qui se rapproche de l’idée d’un « contrat de solidarité ».

En conclusion, les candidats Verts, pour cette primaire européenne, se sont moins affrontés sur leurs idées que sur leur crédibilité et leur capacité à convaincre les jeunes électeurs en ligne.

Nous retiendrons que Ska Keller veut prouver que les Verts et les jeunes peuvent être des candidats en pointe et veut porter les revendications des jeunes sur l’agenda politique.

Rebecca Harms souhaite mettre son expérience politique au sein des institutions européennes au service du programme des Verts pour permettre un développement durable européen.

Comme Daniel Cohn-Bendit qui est descendu de sa barricade, José Bové semble avoir laissé sa faucille et son tracteur, et prône la réorientation profonde des politiques européennes en changeant les priorités de l’agenda et en ré-allouant le budget pour combattre le chômage.

Monica Frassoni de son côté critique les politiques actuellement au pouvoir et affirme aux européens « Vous pouvez changer l’Europe, la rendre plus écologique et démocratique et permettre la fin de la crise. Les Verts proposent une alternative, soutenez la ! »

Et vous, soutenez-vous cette alternative ? Qui choisissez vous comme alternative à Barroso ?

S’ils n’ont pas pendant ce débat en ligne prononcé le mot « fédéralisme », le Parti des Verts européens défend l’idée que l’Europe peut être la solution, avec des structures plus inclusives des citoyens. Pour cela, il est impératif de nous mobiliser. Cette primaire peut être vue comme un échauffement pour le scrutin du 25 mai ou une piqûre de rappel pour le grand public, et une démonstration que l’Europe peut être plus transparente et démocratique. Elle aura dans tous les cas permis de faire parler du poste de Président de la Commission. Le Parti Socialiste Européen (PSE) a déjà choisi Martin Schultz comme candidat officiel, le Parti de Gauche Européen (PGE) à choisi le grec Alexis Tzipras, tandis que le candidat du Parti Populaire Européen sera choisi le 6-7 mars. D’ici là, vous pouvez voter pour votre candidat(e) Vert et votre vision de l’Europe.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom