MémoriElle européenne : Sabiha Gökçen

, par Feyza Nur Sahinli, Traduit par Aliénor Thouvenot

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

MémoriElle européenne : Sabiha Gökçen
Wikipedia : Sabiha Gökçen

Sabiha Gökçen s’est fait connaître sous le nom de « la fille des airs » et est une légende dans le monde de l’aviation. Elle est devenue la première femme pilote de chasse de l’histoire à l’âge de 23 ans. Le surnom “Gökçen” qu’on lui attribue en 1935 signifie « qui appartient au ciel ».

Sabiha Gökçen a décidé de devenir pilote après avoir assisté à la cérémonie d’inauguration de l’école d’aviation civile Türk Kuşu à Ankara en 1935. Fascinée par la parade de planeurs, elle s’est ensuite passionnée d’aviation. En 1935, elle a intégré l’école nationale d’aviation civile, affiliée à l’association aéronautique turque, pour devenir pilote de planeur. Pendant sa formation en 1935, elle a été envoyée en Union soviétique accompagnée de sept autres étudiants masculins et y a complété l’ensemble de son cursus. A cette époque, les femmes n’étaient pas acceptées dans les écoles militaires, toutefois, sur ordre de Mustafa Kemal Atatürk, elle a pu obtenir un uniforme fait sur mesure et être acceptée à l’école militaire aérienne d’Eskişehir, en Turquie, en 1936 pour y suivre une formation intensive de onze mois. Elle y a appris à piloter à la perfection les bombardiers et les avions de combat.

En 1938, elle s’est rendue seule, en avion, dans les pays des Balkans. Elle s’est vu conférer la position de formateur à Türkkuşu, l’école au sein de laquelle son histoire avait commencé et a pu y former grand nombre de femmes pilotes, toujours plus nombreuses.

Sabiha Gökçen est actuellement détentrice du titre de première femme pilote de chasse selon le Livre Guinness des records et a été la seule femme sélectionnée pour apparaître sur l’affiche des Vingt plus grands aviateurs de l’Histoire publiée par la United States Air Force en 1996.

« L’homme et la femme forment le genre humain. Est-il possible que la masse puisse s’améliorer grâce aux avancées d’une seule partie de la population tandis que l’autre partie est tout simplement ignorée ? Est-il seulement possible que si la moitié de l’humanité est clouée au sol, l’autre puisse voler dans le ciel ? » a déclaré Atatürk, père adoptif de Sabiha Gökçen. Il a incité cette dernière et de nombreuses femmes turques à s’élever non seulement dans les airs mais aussi dans bien d’autres domaines.

Mots-clés

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom