MémoriElles européennes : Ágnes Heller

, par Christian Gibbons, traduit par Meghann Verryken

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [français]

MémoriElles européennes : Ágnes Heller
Ágnes Heller prenant la parole à l’Université d’Innsbruck. Photo : Presseteam Uni Innsbruck

Née dans une famille juive en Hongrie, la philosophe Ágnes Heller avait 15 ans seulement lorsque son père est décédé à Auschwitz. Il avait tenté de faire sortir d’autres juifs de Hongrie, à l’époque occupée par les nazis. Les mois qui ont suivi ont été épouvantables pour Ágnes Heller. En effet, elle et sa mère attendaient leur date d’exécution à Budapest. Par miracle, cette date n’est jamais tombée. Toutefois, le traumatisme de son expérience n’a jamais guéri et Mme Heller a passé le reste de sa vie à essayer de comprendre les tragédies du 20e siècle.

Ágnes Heller, décédée l’année dernière à l’âge de 90 ans, a non seulement survécu aux atrocités de l’holocauste, mais également à la prise du pouvoir de la Hongrie par les Soviétiques. Sioniste convaincue, elle a refusé de se rendre en Palestine et a plutôt décidé de s’inscrire à l’université de Budapest à la fin des années 1940. C’est là qu’elle est tombée sous le charme de György Lukács, un homme d’une grande intelligence, bien que controversé. Dans le contexte de ses études, elle a adopté les idées marxistes et, selon ses propres mots, était « hostile au communisme hongrois ». Après la violente répression de l’insurrection hongroise par les Soviétiques en 1956, la philosophe Heller s’est refermée sur elle-même, à la recherche d’un nouveau Marxisme, plus humaniste. En réponse à sa participation à l’insurrection, l’université l’a remerciée sous la pression du Parti des communistes de Hongrie. Il lui a également été interdit de mener quelconques recherches jusqu’au début des années 1960. Entre-temps, elle avait commencé à travailler plus étroitement avec Lukács et d’autres philosophes (dont son futur époux, Ferenc Fehér). Tous partageaient son intérêt pour un socialisme réformé.

Ces derniers ont finalement fondé « l’école de Budapest », composée de dissidents intellectuels. Les membres de cette école de pensée ont sans cesse été victimes de persécution politique, à tel point qu’en 1977, Ágnes Heller et son mari ont fui la Hongrie pour l’Australie d’abord puis pour les États-Unis. C’est à cette époque que Mme Heller a arrêté de croire au Marxisme-Léninisme. Elle est cependant restée très intéressée par les questions de politique, d’histoire et d’éthique. Son sentiment d’indépendance et son engagement militant pour la liberté l’ont conduite à toujours dénoncer les régimes dangereux et intolérants de par le monde. Elle a également élevé sa voix contre gouvernement hongrois d’aujourd’hui, dirigé par le Fidesz. Elle est décédée en Hongrie en juillet 2019.

Mots-clés

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom