Pandémies : le Coronavirus, loin d’être une exception dans l’Histoire

, par Alexandre Duporte, Simon Kaiser

Pandémies : le Coronavirus, loin d'être une exception dans l'Histoire
Image : Omni Matryx de Pixabay

Qualifié de pandémie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Coronavirus inquiète à juste titre en Europe et ailleurs. En revanche, il reste, pour l’instant, une pandémie parmi d’autres, largement moins dévastateur que la Peste noire (1347-1351) ou que la Grippe espagnole (1918-1919).

Qu’appelle-t-on « pandémie » ?

Pour l’OMS, « on parle de pandémie en cas de propagation mondiale d’une nouvelle maladie », soit l’internationalisation d’une épidémie locale. Souvent issu de la faune sauvage (singes, chauves-souris, oiseaux, rats…), le virus ou la bactérie arrive à l’humain par l’intermédiaire des animaux d’élevage (volailles, porcs) ou d’insectes (puces, moustiques, tiques).

Ces contacts, bien qu’aléatoires, ne sont pas simplement le fruit du hasard. Les épidémies surviennent lors de modifications écologiques (révolutions agricoles et industrielles) et sociales (sédentarisation, démographie, comportement des individus).

La pandémie naît ensuite du commerce et des transports de personnes, essaimant la maladie dans les différentes régions du globe. Les traitements préventifs (vaccins) et curatifs (antibiotiques et antiviraux) contemporains permettent aujourd’hui d’endiguer certaines des maladies ayant ravagées l’Europe au cours de l’Histoire.

La Peste, au fil des siècles

La Peste, du latin « pestis » qui signifie fléau, est une maladie infectieuse, épidémique et contagieuse. Elle existe sous deux formes : bubonique (transmise par les puces, du rongeur sauvage) et pulmonaire (transmise par voie aérienne). La première, la plus fréquente, est caractérisée par l’apparition de ganglions lymphatiques sur le corps et par un syndrome infectieux très sévère (forte fièvre, atteinte profonde de l’état général). Sans traitement approprié en quelques jours, la peste est souvent mortelle. Une des premières pandémies est la Peste de Justinien. Elle frappe à plusieurs reprises le bassin méditerranéen entre 547 et 767, faisant entre 30 et 50 millions de morts sur la durée.

La plus impressionnante reste cependant la Peste noire. En peu de temps, de 1347 à 1351, elle décime 30 à 50 % de la population européenne (au moins 25 millions de victimes). Venant probablement de Crimée, cette peste bubonique fait de si nombreuses victimes que beaucoup de cadavres restent pourrir sur le sol. Ce n’est qu’à la fin du XIXè siècle, avec les découvertes d’Alexandre Yersin, que l’origine de la Peste est connue et que les pandémies se raréfient. Par leur caractère infectieux et souvent mortel, les nombreuses épidémies de Peste ont durablement choqué et impacté les sociétés européennes de l’Antiquité et du Moyen- Âge, sur leur démographie et leur développement économique et sociétal.

La Peste, pas si seule

Tout au long des siècles, l’Europe a été victime d’autres pandémies plus ou moins éphémères. La lèpre, ramenée par les échanges avec l’Orient, s’est implantée pendant longtemps en Europe dans l’Antiquité et surtout au Moyen-Âge. Les Lépreux sont marginalisés (léproseries) et vêtus d’un habit reconnaissable, la lèpre étant considérée comme une punition de Dieu pour les péchés commis. Peu contagieuse, la bactérie se transmet par les gouttelettes et peut entraîner des lésions nerveuses aboutissant à des incapacités définitives. La maladie commence à décliner au XIVème siècle et possède aujourd’hui un traitement mettant fin à son caractère incurable et mutilant.

Le choléra, infection intestinale qui provoque une diarrhée abondante et des vomissements, est une maladie pouvant aboutir rapidement à une déshydratation sévère et à la mort. Initialement issue d’Asie, la maladie provoque sept pandémies entre 1817 et 1991 et des millions de victimes, notamment en Europe. Elle est aujourd’hui endémique dans certains pays, majoritairement en Afrique et en Asie.

La grippe, infection virale bien connue, provoque 250 000 à 500 000 décès par an dans le monde (OMS). Au cours des trois derniers siècles, il y a eu au moins 10 pandémies mondiales de grippe, parmi lesquelles la grippe russe en 1889-1990 (responsable de 360 000 victimes en Europe), la grippe espagnole en 1918-1919 (responsable de 2,3 millions de victimes en Europe), et la grippe asiatique en 1957. En plus de ces maladies, au cours de l’Histoire, les Européens ont également dû affronter les épidémies de variole, de fièvre jaune, et plus récemment, du sida. Le Coronavirus vient « timidement » s’ajouter à la liste.

Le saviez-vous ? L’Espagne est le seul pays à publier librement les informations relatives à la pandémie de grippe de 1918-1919, ce qui a conduit à l’appeler « grippe espagnole ».

Mots-clés

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom