Pour ou contre un budget propre à la zone Euro ?

, par Le Drenche

Pour ou contre un budget propre à la zone Euro ?
Crédits : Marco Verch / Source : Flickr Bâtiment de la Banque Centrale Européenne à Francfort, 2016.

S’informer

  • Qu’est-ce que la zone euro ?

La zone euro est une zone composée d’Etats qui ont décidé de remplacer leurs devises nationales par l’euro, désignée pour être la monnaie européenne commune. La zone euro a été établie par le Traité de Maastricht en 1992, et la devise a été introduite pour la première fois sur le marché en 1999. Aujourd’hui, 19 pays composent la zone euro. A l’exception du Danemark et du Royaume-Uni qui ont obtenu des dérogations spécifiques, tous les Etats membres devront à terme rejoindre la zone euro. Source : Commission européenne

  • Pourquoi un budget pour la zone euro ?

Aujourd’hui, les Etats membres de la zone euro mettent en place des politiques budgétaires nationales dans le respect des règles définies au niveau européen. Ces politiques sont contrôlées par un programme spécifique, le Semestre européen. Certains économistes disent que la construction de la zone euro n’est pas encore achevée, et qu’elle a besoin d’un outil de stabilisation budgétaire. Cet outil, un budget de la zone euro, serait alimenté par des contributions de ses membres. Selon la proposition de la Commission européenne, ce budget servirait à aider les Etats membres en crise, afin de mettre en place les réformes nécessaires. Source : Toute l’Europe

  • Pourquoi on en parle aujourd’hui ?

En mai 2018, la Commission européenne a officiellement exprimé la volonté de créer un budget pour la zone euro. Cette idée a été soutenue par les chefs d’Etat allemand et français, Angela Merkel et Emmanuel Macron. Actuellement, les négociations continuent entre les ministres de finances des Etats membres de l’UE. S’ils s’accordent sur la proposition, le budget de la zone euro pourrait voir le jour avec le vote sur le budget de l’UE en 2021.

Se positionner

Le principe du Drenche est de présenter l’actualité sous forme de débats. Le but est qu’en lisant un argumentaire qui défend le « pour » et les arguments du camp du « contre », vous puissiez vous forger une opinion ; votre opinion.

Le « POUR » Un budget de la zone euro allégera le fardeau porté par les Etats membres Le « CONTRE » Un budget de la zone euro serait injustifié et mal orienté
Billet rédigé par : Lubor Lacina, Professeur d’économie à l’Université Mendel de Brno et chercheur au Think Tank Mendel European Centre (http://mec.mendelu.cz/) Billet rédigé par : Bernd Lucke, Eurodéputé, Liberal-Konservative Reformer (LKR), Parlement européen (http://bernd-lucke.de/)
La politique monétaire commune de l’Union économique et monétaire ne remplit pas les besoins spécifiques de tous les Etats membres (il n’y a pas de “solution unique”). Le budget de l’UE est trop petit pour remplir une fonction de stabilisation, et il n’est pas assez flexible. Un choc économique mène à une augmentation de déficits des budgets nationaux, qui pourrait par la suite mettre en danger le pays en élevant le taux d’intérêt sur la dette. Les politiques d’austérité intensifient alors la crise et conduisent à des plus gros problèmes pour les finances publiques nationales.

Le budget de l’UE est clairement insuffisant et incapable de réagir aux chocs asymétriques



L’objectif du budget proposé pour la zone euro est de partiellement diminuer le fardeau porté par les Etats membres quand ils rencontrent un choc asymétrique négatif et de permettre des transferts monétaires temporaires pour aider le pays à diminuer l’impact du choc sur les budgets nationaux.

Aujourd’hui, le budget de l’UE est clairement insuffisant et incapable de réagir aux chocs asymétriques principalement à cause de sa petite taille, sa rigidité et son focus qui est complètement différent. En réponse à la crise économique récente, les mécanismes de stabilisation ad hoc ont été développés en dehors du cadre des traités européens et l’aide financière de ces mécanismes ont été déclenchées pour les Etats membres en besoin.

Il est nécessaire de repenser et de redessiner les mécanismes de stabilisation fiscale au sein de la zone euro. Les Etats membres individuels ont échoué à mener une politique de stabilisation réussi eux-mêmes. Dans une union monétaire, les outils de stabilisation fiscale doivent être organisés au niveau supranational.

La crise de la zone euro a révélé l’incapacité de l’UE (ou de la zone euro) à combattre les chocs économiques asymétriques. Le budget de l’Union européenne n’est pas assez élevé (robuste) pour jouer le rôle de stabilisateur (il s’élève à seulement 1 % du revenu brut de l’UE). Le budget de la zone euro n’a pas encore été établi.

Ce problème est intensifié par la division de l’UE entre les Etats membres qui ont adopté l’Euro et ceux restant en dehors de la zone monétaire unique. Sous la pression du temps et l’urgence désespérée, la zone euro a mis en place un mécanisme de stabilité (MES) en dehors du cadre budgétaire de l’UE et des traités européens.

Les Etats membres ont échoué à mener individuellement une politique de stabilisation réussie



Un des mécanismes potentiels qui pourrait être un tournant pour l’avenir du budget de la zone Euro serait le Système européen pour l’emploi.

Il est nécessaire de s’assurer que le système qui sera proposé ne mette en place aucun transfert permanent entre les contributeurs et les bénéficiaires nets de la proposition. Néanmoins, les soldes nets des Etats membres individuels devraient être supervisés et accompagnés d’une mise en place de mesures préventives contre des transferts permanents.

Le budget pour la zone euro est le projet préféré de la Commission européenne, du Parlement et d’Emmanuel Macron. Ils espèrent qu’un transfert des fonds au sein de la zone euro permettrait des développements macroéconomiques lisses et qu’il aiderait les Etats membres de la périphérie de l’UE à sortir des crises qu’ils endurent.

Ce budget permettrait des politiques expansionnistes et contracycliques



Je m’oppose à cette idée pour plusieurs raisons. D’abord, un tel budget n’est pas compatible avec le principe de la politique fiscale responsable, telle que convenue dans le Traité de Maastricht et renforcée par le Pacte budgétaire européen. D’après ces traités, les Etats membres doivent avoir des budgets équilibrés ou des surplus budgétaires en temps normal, et recourir au déficit uniquement en période difficile. Cependant, avec un budget de la zone euro, les Etats membres seraient tentés de mener une politique déficitaire même en temps normal, car ce budget permettrait des politiques expansionnistes et contracycliques quand les conditions économiques se détériorerait. Ainsi, le budget de la zone euro augmenterait probablement le niveau des dettes publiques.

Deuxièmement, un budget de la zone euro impliquerait des transferts permanents, ce qui contournerait le principe de non-assistance. Lors de la crise de l’euro, des mesures d’allègement de la dette, des transferts ponctuels et des grands mécanismes d’aide pour les Etats endettés ont considérablement endommagé ce principe. Un budget de la zone euro perpétuerait cela, comme il serait nécessaire seulement pour les pays qui ne sont pas capables de financer leurs propres politiques.

Troisièmement, le problème des pays en crise n’est pas celui du manque de demande ou de dépenses insuffisantes des gouvernements. Il s’agit plutôt d’un problème du côté de la demande et d’une productivité faible (relative aux salaires), et ainsi, de la compétitivité insuffisante. Des marchés de travail rigides, l’activité entrepreneuriale faible, le manque des clusters innovants, des systèmes d’éducation dépassés, la corruption et l’administration publique pauvre limitent le potentiel de la croissance. Une relance par la demande préserverait de telles structures en allégeant la pression. Un budget de la zone euro créerait une économie du Mezzogiorno dépendante des subventions, plutôt que d’encourager les réformes et les changements structurels.

Un budget de la zone euro créerait une économie du Mezzogiorno dépendante des subventions



Quatrièmement, il n’existe simplement pas de base légale dans les traités européens pour la création d’un instrument budgétaire qui ne profiterait qu’à une sous-catégorie d’Etats membres. La politique de cohésion, telle que définie dans l’article 174 TFUE, doit être dirigé vers un “développement harmonieux et homogène” de l’Union. Elle ne peut pas être appliquée uniquement aux Etats de la zone euro qui sont typiquement les plus riches Etats de l’UE.

Renforcer la responsabilité publique et la coordination des politiques économiques est le seul chemin raisonnable vers l’avant pour la zone euro. Cela repose sur l’application stricte du principe de non-assistance de l’article 125, accompagné par les principes de Maastricht et du Pacte budgétaire européen.

Ce débat a été initialement publié sur le site de notre partenaire Le Drenche / The Rift.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom