Qui est Sanna Marin ?

Portrait de la nouvelle première ministre de Finlande

, par Maryse Lhommet

Qui est Sanna Marin ?
La première ministre finlandaise, Sanna Martin. Source : Wikimedia Commons

La question est sur toutes les lèvres depuis le 10 décembre 2019, date à laquelle Sanna Marin, dirigeante du PSD, parti social-démocrate finlandais, est devenue première ministre finlandaise. Il faut dire que son profil, vu de l’étranger, interpelle. La première ministre est une femme, jeune –elle n’a que 34 ans- et issue d’un milieu modeste. Elle est d’ailleurs la plus jeune dirigeante au monde, ce qui lui a valu, dans la presse bon nombre de remarques peu complaisantes. Comment est-elle arrivée au pouvoir en si peu de temps ? Une telle ascension est-elle si surprenante dans la politique finlandaise ?

Une ascension politique fulgurante

Malgré son âge, Sanna Marin n’est pas une inconnue dans le paysage politique finlandais. Née le 16 novembre 1985 à Helsinki, elle rejoint le mouvement de jeunesse du PSD dès ses 21 ans.

Installée à Tampere, troisième ville du pays, elle se fait rapidement connaître au point de devenir, dès 2013 et jusqu’en 2016, membre du conseil régional de Pirkanmaa, région du sud de la Finlande dont Tampere est la capitale. Elle intègre dans le même temps le conseil municipal de la ville de Tampere dont elle devient la présidente en 2013, à l’âge de 28 ans. Les choses dès lors s’accélèrent et elle devient en 2014 vice-présidente du SDP puis quitte son pays natal pour Strasbourg où elle est élu eurodéputée au parlement européen l’année suivante. En 2019, elle mène la liste du SDP aux élections législatives à l’issue desquelles elle est réélue députée.

Elle intègre le gouvernement d’Antti Rinne au poste de ministre des Transports et apparaît rapidement comme la favorite du Premier ministre. Ce gouvernement est le fruit d’une coalition entre le SDP, le Centre, les Verts, l’Alliance des gauches et le Parti populaire suédois. La même année, le premier ministre fraîchement élu, Antti Rinne est poussé à la démission pour sa gestion de la grève des services postaux après avoir perdu la confiance du second parti de la coalition gouvernementale, le parti du Centre. Le SDP, premier parti au parlement finlandais doit alors choisir un autre Premier Ministre.

Le 8 décembre, Sanna Marin est alors désignée comme candidate au poste de Premier ministre par le président du groupe parlementaire social-démocrate. Sa nomination est approuvée par le Parlement et le président Niinistö la nomme officiellement Première deux jours plus tard. Elle est la plus jeune Première Ministre de l’histoire de la Finlande (34 ans) et la 3ème femme à accéder à cette fonction.

Un parcours personnel atypique

Le sexe de Mme Marin n’est pas nouveau dans le paysage politique de son pays : les femmes peuvent voter depuis 1906 et la première femme entra au parlement finlandais en 1907. En outre, deux autres femmes ont été Première Ministre avant elle : Anneli Jäätteenmäki et Mari Kiviniemi, toutes deux membres du parti du Centre. Enfin, tous les partis membres de la coalition politique sont actuellement dirigés par des femmes. Elle dirige également un gouvernement unique en son genre : le gouvernement finlandais de Mme Marin est en effet le premier au monde à compter plus de femmes que d’hommes (12 femmes sur 19 ministres), ce qui n’est pas sans interpeller la presse internationale, puisqu’il n’y a pas d’équivalent parmi les autres gouvernements du monde.

Pourtant, sur le plan national, ce qui distingue la Première Ministre des autres personnalités politiques du pays n’est pas tant son âge ou son sexe que le milieu social dont elle est issue.

En effet, Sanna Marin communique beaucoup sur son milieu plutôt pauvre et sur sa « famille arc-en-ciel », sa mère ayant vécu avec sa compagne dans une commune proche de Tampere. Elle affirme s’être sentie pendant longtemps « invisible » faute de pouvoir parler de sa réalité familiale ouvertement, les couples homosexuels étant un sujet tabou jusque dans les années 2000. La jeune Première Ministre considère que cet environnement familial « a modifié sa vision de l’égalité des sexes, l’égalité en général et les droits humains ».

Sur le plan économique, elle rappelle régulièrement lors des interviews qu’elle n’aurait jamais eu les moyens d’accéder à l’université et d’obtenir son master en sciences administratives sans l’aide de l’Etat-providence finlandais. Ses positions sur les enjeux économiques et sociaux la place à l’aile gauche du PSD, un choix qui a divisé le parti puisque Sanna Marin a été élue présidente du PSD avec une courte majorité devant Antti Lindmann, membre de l’aile centre-droite de la formation politique.

Quel programme pour le nouveau gouvernement ?

La coalition entre le PSD, le Centre, les Verts, l’Alliance des gauches et le Parti populaire suédois scellée par Antti Rinne reposait sur l’adoption d’un programme repris par le nouveau gouvernement issu de la même coalition.

Ce programme âprement négocié en juin 2019, prévoit une hausse des dépenses publiques pour investir dans la formation, l’innovation et les transports. Cette hausse serait financée par des hausses d’impôts, notamment sur l’énergie et la privatisation de plusieurs entreprises publiques. L’accord sur les grandes lignes du programme n’empêchera cependant pas les frictions entre les différents partis membres de la coalition, le parti du Centre ayant un électorat bien plus rural et conservateur que celui de la Première Ministre.

Cette dernière prend donc la tête d’un gouvernement finlandais de plus en plus contesté, les derniers sondages attribuant 13.2% des voix à son parti contre 24% pour le parti d’extrême droite Vrais Finlandais.

L’aventure ne fait donc que commencer…

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom