« L’Europe a besoin de la Turquie pour devenir une véritable puissance et s’intégrer dans la globalisation » - commentaires « L'Europe a besoin de la Turquie (...) pour se donner les moyens de devenir une véritable puissance et s'intégrer dans la globalisation » 2008-11-13T19:28:51Z https://www.thenewfederalist.eu/L-Europe-a-besoin-de-la-Turquie-pour-devenir-une-veritable-puissance#comment5750 2008-11-13T19:28:51Z <p>Même si tu fais bien de soulever la question, on pourrait revenir longuement sur la phrase : « Quant à l'histoire européenne, personne ne pourra faire qu'elle n'ait été ce qu'elle est, marquée de l'empreinte du christianisme, souvent en lutte contre l'expansion de l'empire ottoman. » Il me semble qu'on ne peut pas nier, dans cette histoire européenne, le rôle essentiel de la Turquie, qui a été tour à tour territoire hellénique, coeur de l'Empire romain d'Orient, puis de l'Empire byzantin. Mais ceci serait un long débat, et par ailleurs tu as raison de dire que la réconciliation se fera sans doute progressivement.</p> <p>Je voudrais par contre revenir sur une autre idée : on a souvent suggéré que la Turquie ne devrait pas rejoindre l'Union européenne en raison de sa position stratégique en Asie mineure, et parce qu'elle a déjà un rôle de carrefour et de médiateur culturel important dans cette région. Je ne pense pas qu'il faille accepter cet argument tel quel. En effet, nombreux sont les pays de l'Union qui ont un lien stratégique privilégié avec d'autres régions que l'Europe, et l'intégration européenne s'en est trouvée renforcée et non affaiblie.</p> <p>L'Espagne et le Portugal ont des liens privilégiés avec l'Amérique latine, la France avec bon nombre de pays d'Afrique, et le Royaume-Uni avec les nations du Commonwealth. Réunies, ces sphères d'influence regroupent des régions extrêmement diversifiées, aux cultures parfois très différentes de l'Europe. L'Union n'a pourtant pas été affectée par cette diversité. Au contraire, ces liens privilégiés ont permis à la diplomatie européenne de s'affirmer sur la scène internationale, et contribué à l'émergence du soft power européen.</p> <p>On peut discuter de la compatibilité de la Turquie avec l'Union sous bien des aspects. Mais la position stratégique de la Turquie au sein d'une aire culturelle de l'Asie mineure ne me semble pas être un obstacle insurmontable. Ou alors pensais-tu à un problème concret particulier ?</p> « L'Europe a besoin de la Turquie (...) pour se donner les moyens de devenir une véritable puissance et s'intégrer dans la globalisation » 2008-11-12T07:08:53Z https://www.thenewfederalist.eu/L-Europe-a-besoin-de-la-Turquie-pour-devenir-une-veritable-puissance#comment5737 2008-11-12T07:08:53Z <p>Je pense au contraire que la Turquie, grande puissance au <strong>coeur de l'Asie mineure</strong>, carrefour de régions vitales, de mondes culturels divers, et notamment d'une aire culturelle turcophone vivace en Asie centrale, a un rôle à jouer <strong>par elle-même</strong>, solidement arrimée à l'Union Européenne, dans le cadre d'un accord stratégique de voisinage, mais en gardant sa liberté d'appréciation, d'action politique, diplomatique, sa marge de manoeuvre économique aussi. Ceci pour le plus grand avantage mutuel des deux partenaires. Quant à l'argument de type « religieux », je le trouve objectivement insultant pour les 20 à 25 millions de musulmans citoyens de l'Union Européenne. L'Islam est déjà la deuxième religion au sein de l'Union Européenne : les musulmans européens ont-ils besoin des Turcs pour se faire reconnaître leur existence, leurs droits, dans les pays européens de l'UE ? Non est la réponse. Quant à l'histoire européenne, personne ne pourra faire qu'elle n'ait été ce qu'elle est, marquée de l'empreinte du christianisme, souvent en lutte contre l'expansion de l'empire ottoman, empire qui a laissé des traces jusqu'au coeur de l'Europe. Qu'une réconciiation soit nécessaire sur le sujet, c'est un fait, mais elle doit se faire progressivement, et venir des deux côtés. Sur le plan des valeurs partagées, de la démocratie, n'oublions pas que la Turquie est membre du Conseil de l'Europe. C'est là que se fait l'acculturation progressive, qui commence par le respect des décisions de la Cour européenne des droits de l'Homme, point essentiel. Sur le plan de l'adaptation de l'armée aux exigences de non interférence avec la vie civile, l'aire politique, l'appartenance de la Turquie à l'OTAN lui donne quelques engagements basiques à cet égard. Que les autre Etats membres devraient s'aviser d'utiliser à meilleur escient. Quant au <strong>besoin qu'aurait l'Europe de la Turquie</strong>, c'est un discours qu'on entend ou lit effectivement très souvent en Turquie. J'y vois comme le relent d'un nationalisme encore très vivace en Turquie, nationalisme de « premier type », tel qu'on le connaissait en Europe il y a, disons, trois quarts de siècle, et contre lequel les guerres (notamment coloniales, pour certains pays de l'UE) nous ont- on l'espère tout du moins - vacciné.</p> « L'Europe a besoin de la Turquie (...) pour se donner les moyens de devenir une véritable puissance et s'intégrer dans la globalisation » 2008-11-11T15:07:45Z https://www.thenewfederalist.eu/L-Europe-a-besoin-de-la-Turquie-pour-devenir-une-veritable-puissance#comment5730 2008-11-11T15:07:45Z <p>Bravo et merci, Leo, pour cet entretien ! On pourrait également poser la question : <i>qu'est-ce que la Turquie pour les Européens ... ?</i>Les réponses s'avèrent édifiantes dans nos actions de terrains ! Courage ... ;-) SE</p>