Le Small Business Act européen : succès et limites d’une certaine vision de l’Europe - commentaires Le Small Business Act européen : succès et limites d'une certaine vision de l'Europe 2012-07-02T20:33:31Z https://www.thenewfederalist.eu/Le-Small-Business-Act-europeen-succes-et-limites-d-une-certaine,05049#comment14117 2012-07-02T20:33:31Z <p>Pour défendre nos PME/PMI, pourquoi ne pas commencer par établir un système de protectionnisme, qui couperait court à la concurrence des entreprises établies dans les pays à bas salaires ?</p> <p>Et pour l'avenir, pourquoi ne pas imaginer un monde « déglobalisé », dans lequel les entreprises européennes trouveraient l'essentiel de leurs débouchés sur le Vieux Continent, avec une interdiction pour les entreprises non-européennes de s'implanter sur le marché. En plus de protéger les emplois, on garantirait la nécéssité pour les entreprises de bien rémunérer leurs salariés, afin qu'ils consomment les biens et services produits (un modèle fordiste en somme).</p> Le Small Business Act européen : succès et limites d'une certaine vision de l'Europe 2012-07-01T23:29:56Z https://www.thenewfederalist.eu/Le-Small-Business-Act-europeen-succes-et-limites-d-une-certaine,05049#comment14112 2012-07-01T23:29:56Z <p>Vous voulez « aider » les PME européennes ? Certains points sont mentionnés dans cet article, les meilleurs moyens pour aider les PME sont les suivants : <br /><img src='https://www.thenewfederalist.eu/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> un environnement légal et fiscal stable (gros problème en France) et léger, <br /><img src='https://www.thenewfederalist.eu/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> des frais administratifs bons marchés, voire absent (beaucoup sont injustifiés) et des procédures simples et rapides (coût d'une augmentation de capital en France : 800€ environ..... simplement scandaleux), <br /><img src='https://www.thenewfederalist.eu/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> un arrêt net aux aides et subventions (en contre-partie d'une baisse de l'imposition des entreprises).</p> <p>Donc, plutôt que d'aider les PME, il s'agit simplement d'arrêter de les affaiblir. Aujourd'hui l'environnement légal et fiscal est instable, lourd, les procédures sont longues et coûteuses et l'entrepreneur perd son temps à chercher des subventions pour compenser la perte liée aux impôts. Tous ces points favorisent les grands groupes et leurs filiales (qui rentrent parfois dans la définition de PME) au détriment des PME « authentiques ».</p> <p>Dans l'environnement légal on peut inclure, par exemple, le Code du Travail : sommaire de 106 pages ! Quel entrepreneur connaît se Code jusqu'au bout des doigts ? Aucun. Il lui fait quelqu'un en ressources humaines...</p> <p>Qui a les ressources pour se payer un DRH, un juriste, un fiscaliste et un expert comptable ? Tout ceci représentent des coûts qui apportent une très faible valeur ajoutée à l'activité de l'entreprise et n'ont pour objectif que de lui permettre de survivre dans un environnement administratif autant hostile qu'artificiel.</p> <p>Résumons : si l'État, français ou européen, veut aider les PME : qu'il se désengage de l'économie ! Qu'il se borne à faire respecter les Lois, les libertés, la propriété privée (donc un environnement sain). Chose qu'il ne fait même pas ! Renseignez-vous sur les délais pour les procédures commerciales.</p>