Devons-nous craindre le retrait d’un Etat de l’Union européenne ? - commentaires Devons-nous craindre le retrait d'un Etat de l'Union européenne ? 2013-02-06T18:34:42Z https://www.thenewfederalist.eu/Devons-nous-craindre-le-retrait-d-un-Etat-de-l-Union-europeenne,05513#comment15900 2013-02-06T18:34:42Z <p>@Chloé</p> <p>« Dans une coopération renforcée ce sont les Etats qui se mettent d'accord entre eux et font leur beurre dans leur coin sans que nous, citoyens, puissions faire grand chose pour influencer les choix, ce qui me semble dommage pour le projet européen. »</p> <p>Je te ferais remarquer que les parlements nationaux n'ont pas disparus et que les coopérations renforcées ne peuvent entrer en action qu'après ratification par les parlements. Et si la France a un parlement croupion, qui vote sans débattre, contrairement à l'Allemagne c'est de la faute des députés et des sénateurs français.</p> <p>Sinon sur le fond j'ai la même aversion pour les « coopérations renforcées » qui pour moi est la négation d'une union politique.</p> Devons-nous craindre le retrait d'un Etat de l'Union européenne ? 2013-02-05T20:49:24Z https://www.thenewfederalist.eu/Devons-nous-craindre-le-retrait-d-un-Etat-de-l-Union-europeenne,05513#comment15892 2013-02-05T20:49:24Z <p>Merci beaucoup pour cet article super intéressant !</p> <p>Juste un point sur l'opportunité d'une Europe à plusieurs vitesse : Ce qui se fait actuellement en termes d'Europe à plusieurs vitesses sont des coopérations renforcées entre certains Etats-membres. Or, cela se fait au détriment de la représentation des citoyens et de leurs intérêts et au détriment de la publicité des débats. Dans une coopération renforcée ce sont les Etats qui se mettent d'accord entre eux et font leur beurre dans leur coin sans que nous, citoyens, puissions faire grand chose pour influencer les choix, ce qui me semble dommage pour le projet européen. L'exemple est flagrant en ce qui concerne les dernières décisions prises par rapport à l'Euro, où ce sont les chefs d'Etat et de Gouvernements (en l'occurrence Merkel et Sarkozy ou Hollande) qui se mettait d'accord entre eux. Je ne crois pas que ce biais soit souhaitable pour l'avenir de l'Europe. Il s'agit donc d'y remédier si l'on veut permettre une Europe à plusieurs vitesses.</p>