Intérêt Européen et intérêts nationaux, confusion ou opposition ? - commentaires Intérêt Européen et intérêts nationaux, confusion ou opposition ? 2013-07-02T14:19:54Z https://www.thenewfederalist.eu/Interet-Europeen-et-interets-nationaux-confusion-ou-opposition,05836#comment18221 2013-07-02T14:19:54Z <p>Concernant le lien fort de la France avec le Québec, l'Algérie, le Vietnam, il est normal car ce sont ses anciennes colonies, ce sont des secondes France en quelque sorte, et il n'y a pas de barrière de langue comme pour les pays baltes.</p> <p>Concernant les difficultés que rencontrent actuellement l'Union Européenne, cette crise économique est comparée à celle de 1929, qui a créé la Seconde guerre mondiale. Dans l'urgence et sans préparation, dans l'inconnu, des dérives sont faites. La crise passera, et nous apprendrons de nos erreurs. C'est justement par nécessité économique notamment qu'il y a harmonisation.</p> <p>Il est vrai que les politiques économique et étrangère de l'Union sont imparfaites. Plutôt que d'y voir un problème structurel (c'est la construction européenne qui pose problème), j'y vois plutôt un problème d'adaptation : le droit européen s'est construit par nécessité, comme l'euro. Pour l'instant, l'Union se construit, se développe, mature, elle est dans son enfance, elle subit des crises. Car 60 ans de construction européenne c'est très peu. Attendons 40 ans et nous verrons le résultat.</p> <p>Toutefois il est vrai qu'il n'y a pas de peuple européen. Même dans l'Europe occidentale il y a plusieurs manières de voir. Ils n'ont ni la même histoire (la Pologne n'existait pendant la majeure partie de l'histoire européenne, la France s'est construite sur le domaine de son roi) ni la même langue (les polonais parlent polonais, les français français) ni la même puissance. Pour la majorité des personnes, elles sont françaises avant d'être européennes. C'est en ayant conscience qu'un pays est à la fois national et européen que nous pourrons avancer.</p> Intérêt Européen et intérêts nationaux, confusion ou opposition ? 2013-07-01T09:21:53Z https://www.thenewfederalist.eu/Interet-Europeen-et-interets-nationaux-confusion-ou-opposition,05836#comment18216 2013-07-01T09:21:53Z <p>Bonjour à vous,</p> <p>« Ce n'est pas par la norme que l'on force des peuples à s'aimer, à se faire confiance et à vouloir vivre ensemble même si celle-ci peut aider en intensifiant les interdépendances. »</p> <p>C'est toujours étonnant de voir ici une certaine lucidité sur l'état des choses et pourtant votre conclusion est inévitablement la même : il faut plus d'Europe. Or précisément vous démontrez en amont l'erreur tragique de cette construction quand vous affirmez « [l']interdépendance, condition sine qua non de l'affectio societatis et donc de toute construction politique. »</p> <p> L'interdépendance n'est pas un état de fait précédant le construction de l'union, elle a été organisée par vos partisans depuis des décennies, mais si votre construction rencontre actuellement autant de difficultés c'est que cette interdépendance s'est basée sur un postulat faux : celui d'une communauté de destin entre les pays européens.</p> <p> En effet, si des pays ont historiquement des liens forts (France et Allemagne par exemple), c'est loin d'être le cas entre tous (Suède et Espagne, Portugal et Pays-bas, Luxembourg et Croatie...) et le cadre institutionnel actuel force l'action politique entre des gens qui n'ont simplement rien de commun. Ce cadre est d'autant plus archaïque qu'il fonctionne à l'heure de la mondialisation sur un logique de bloc issue de la guerre froide et révolue depuis 1989 et il s'appuie sur une logique essentiellement géographique.</p> <p> C'est précisément là que l'Union désormais joue très souvent contre ses membres, en les enfermant dans un ensemble incohérent et à rebours de la logique de flux (en opposition aux blocs) de la mondialisation. Prenons le cas de la France : les liens culturels sont bien plus fort avec des pays comme le Canada, l'Algérie ou le Vietnam qu'avec les pays Baltes voire même l'Autriche. Or, on a vu ce qu'il est advenu de l'UPM, qui fut vite réintégrée dans l'UE qui y voyait l'émergence d'une possible concurrente (à raison) là où notre pays avait une carte importante à jouer. De la même façon, notre rapport à la gastronomie est très différents des autres pays et ne saurait s'accommoder de normes aux rabais, c'est pourtant ce qui se profil. Donc si, les intérêts de l'Union sont très souvent contraire à ceux des nations.</p> <p> Quand vous dites qu'il n'est pas contraire aux intérêts du Luxembourg de renoncer à son secret bancaire, vous faites je l'espère de l'ironie...Ce pays a tout à perdre mais il se voit imposer cette décision dans le cadre de rapport de force entre Nations, et l'UE se met à la charrette. Quand vous dites qu'il n'est pas contraire aux pays riches de partager avec les plus pauvres...Là aussi vous faites preuve d'une étonnante candeur. Si c'était le cas, l'aide internationale ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui. Pour consentir à cet effort financier un pays doit y voir un effet bénéfique (limitation du flux de migrant), humanitaire ou s'appuyer sur un lien historique/culturel (exemple la France avec le Mali). Rien de tel pour une bonne part en Europe.</p> <p> Il ne faut pas insulter l'avenir mais en l'état l'UE se fait contre les nations et leurs intérêts, pour les plus importants du moins (politique économique et étrangère). Tout cela est d'ailleurs logique puisque de plus en plus l'UE et le élites qui la dirigent prétendent conduire leur action au nom d'un peuple européen qui n'a jamais existé et n'existe toujours pas et que vous essayez de construire au forceps.</p> <p>Cordialement</p> <p>l'absence de sentiment européen, et cela même chez les élites</p>