Construction européenne : Comment les intérêts économiques ont-ils dominé les idéaux politiques ? - commentaires Construction européenne : Comment les intérêts économiques ont-ils dominé les idéaux politiques ? 2014-12-09T12:23:33Z https://www.thenewfederalist.eu/construction-europeenne-comment-les-interets-economiques-ont-ils-domines#comment20510 2014-12-09T12:23:33Z <p>@Schaft,</p> <p>Vous dites vraiment n'importe quoi. Aucune construction politique n'est éternelle. Elles ont leur utilité en fonction d'un contexte social particulier. Leur utilité est relative. Aujourd'hui, il faut un fédéralisme européen. Demain, ce ne sera peut-être plus le cas.</p> <p>De la même manière que la nation française a eu sa raison d'être pendant quelques temps, et cela malgré sa construction impérialiste.</p> Construction européenne : Comment les intérêts économiques ont-ils dominé les idéaux politiques ? 2014-12-08T12:03:06Z https://www.thenewfederalist.eu/construction-europeenne-comment-les-interets-economiques-ont-ils-domines#comment20502 2014-12-08T12:03:06Z <p>L'Union Europeéenne paie pour son pêché originel, à savoir partir de l'économique en espérant que le reste viendra tout seul.Tant que les Européens n'auront pas remis la pyramide à l'endroit, l'UE est condamnée à disparaître</p> <p>Je suis surpris de voir Ferghane accepter l'idée que l'Europe fédérale qu'il désire si fortement est vouée à disparaître alors qu'elle n'est même pas née.Reconnaissez-vous enfin la dimension impérialiste de l'Europe ?C'est une sacrée avancée</p> Construction européenne : Comment les intérêts économiques ont-ils dominé les idéaux politiques ? 2014-12-07T18:20:31Z https://www.thenewfederalist.eu/construction-europeenne-comment-les-interets-economiques-ont-ils-domines#comment20499 2014-12-07T18:20:31Z <p>Au stade ou nous en sommes dans notre monde européen, il est utile de nous poser la question essentielle de l'intérêt que nous avons à nous réunir en un ensemble cohérent.</p> <p>La réponse est immédiate : C'est la sécurité, une plus grande sécurité, à tous points de vue ; Sécurité physique, sécurité sociale, sécurité économique, l'objectif de sécurité économique arrivant en troisième lieu, mais supportant les deux précédentes.</p> <p>Nous comprenons tous en quoi le nombre s'accordant sur le projet, réussira plus vite et mieux que l'isolé.</p> <p>Nous comprenons cela facilement pour la sécurité physique ; Certains le comprennent un peu moins bien pour la sécurité économique, (dans ce cas c'est l'optimum qui compte et non pas le maximum ou le gigantisme) ; Mais en ce qui concerne la sécurité sociale, c'est-à-dire ce qu'on pourrait appeler le sentiment intime d'appartenance au groupe et au projet, c'est une autre affaire.</p> <p>Dans ce dernier cas les conditions sont beaucoup plus complexes, elles en appellent à l'approbation intime de l'individu composant le groupe, et l'on sait que cela passe par une série de composantes individuelles et humaines, qui en appellent à la fois à la raison, et à la fois au cœur, aux sentiments :</p> <p>Il y a donc toute une série de règles et de comportements qu'il nous faut revoir sur ce dernier point. Nul doute qu'en cela, il nous faut autant d'intelligence que de qualités de cœur ; Tous points qui ne sont pas à confondre avec l'angélisme, la facilité, mais plus avec le réalisme et le bon exemple de ceux qui sont, ou seront, un moment, en charge des responsabilités communes.</p> <p>C'est à cela que nous devons nous attaquer si nous voulons reprendre un chemin d'espérance et de progrès dans cette construction européenne.</p> <p>Nous avons tous les éléments philosophiques parfaitement cadrés dans nos apprentissages pour y arriver, reprendre toute confiance en nous, et redonner cette même confiance à l'ensemble de nos concitoyens.</p> Construction européenne : Comment les intérêts économiques ont-ils dominé les idéaux politiques ? 2014-12-07T11:14:29Z https://www.thenewfederalist.eu/construction-europeenne-comment-les-interets-economiques-ont-ils-domines#comment20498 2014-12-07T11:14:29Z <p>@Xavier</p> <p>Attention à ne pas confondre identité et sentiment d'appartenance. Le sentiment d'appartenance est nécessaire pour constituer toute société (derrière l'étymologie de société, il y a l'idée du consentement). Il est présent chez la famille, l'entreprise, le syndicat, l'association, le club de lecture etc. IL faut également un sentiment d'appartenance pour l'UE. Là où il faut faire attention, c'est que ce sentiment d'appartenance ne doit pas solliciter de considérations identitaires....ou nous nous retrouverons avec les fruits pourris du nationalisme, ce qui amoindrirait nos libertés individuelles. Le sentiment d'appartenance européen doit-être rationnellement fondé : Une communauté de libertés</p> <p>Cela rejoint ce que je vais dire à @Guillaume</p> <p>L'Europe, c'est une réalité géographique, culturelle, historique. Elle demeurera. L'Union européenne, c'est une construction politique qui, par définition, sera vouée à disparaître un jour où l'autre car sa raison d'être est toute relative (ce qu'un éventuel nationalisme européen n'admettrait pas). Il est donc important de ne pas associer les deux. De la même manière que la France c'est une chose, l'Etat français, c'en est une autre. Bonne chance pour définir les contours d'une identité européenne qui fera consensus parmi les 500 millions de citoyens quand une telle démarche est nécessairement arbitraire :D On ne construit pas une puissance publique pour le plaisir d'en construire une, on la construit pour conforter la protection des libertés individuelles.</p> <p>@Alain</p> <p>« on a jamais demandé aux peuples si ils veulent bien d'une telle union politique ». L'UE n'oblige personne à rester dans son club. Si votre région est engagée dans l'UE, c'est parce qu'elle est au sein de l'Etat français et que ce dernier veut y rester. Demandez-donc à l'Etat français de vous séparer de lui ! Il n'est pas certain qu'il sera aussi compréhensif. Il est vrai que la construction européenne prend des allures peu démocratiques. Mais cela est justement du au fait que sa gouvernance est de type diplomatique et que les diplomates ne rendent de compte à personne. Voilà pourquoi il faut lui conférer une assise plus parlementaire. Bien évidemment, cela ne change rien au fait que l'UE a une dimension contractuelle (et donc démocratique) supérieure à celle de l'Etat français.</p> Construction européenne : Comment les intérêts économiques ont-ils dominés les idéaux politiques ? 2014-12-06T19:22:14Z https://www.thenewfederalist.eu/construction-europeenne-comment-les-interets-economiques-ont-ils-domines#comment20497 2014-12-06T19:22:14Z <p>C'est l'étonnement qui m'étonne, la construction européenne est purement économique (pour rappel : Communauté Economique Européenne), le côté « politique » n'est que du marketing et ne correspond à aucune compétence réelle (rappelons que la première compétence politique, démocratique et citoyenne est la levée des impôts, ce que l'UE ne peut faire). Et on a jamais demandé aux peuples si ils veulent bien d'une telle union politique (quand on leur demande quelque chose et qu'ils refusent, on les obligent à revoter ou on demande à leurs députés nationaux de le faire à leur place). Etant donné ce comportement antidémocratique (citons aussi le refus d'une consultation sur le TIPP malgré la réunion des signatures nécessaires), il ne faut pas s'étonner du succès des partis populistes qui sont les seuls à dénoncer la pensée unique dans tous les domaines</p> Construction européenne : Comment les intérêts économiques ont-ils dominés les idéaux politiques ? 2014-12-06T12:54:05Z https://www.thenewfederalist.eu/construction-europeenne-comment-les-interets-economiques-ont-ils-domines#comment20496 2014-12-06T12:54:05Z <p>Avons-nous besoin de créer une « culture européenne » qui, du point de vue de l'étranger, existe déjà ? Le projet fédéraliste européen est-il de créer un nouvel État-nation ou bien d'unir et de fédérer les Européens en-dehors de ces anciens schémas de penser ?</p> <p>Et cette union, cette fédération, ne passerait-elle pas avant-tout dans la destruction de toutes les barrières artificielles possibles et imaginables érigées jadis entre les Européens ? À savoir : les frontières (liberté de circulation), les barrières réglementaires et autres tracasseries administratives ?</p> <p>Les Suisses ont-ils eu besoin qu'on leur bâtisse une culture unique en guise de ciment ? Même pas ! De fait, avec le temps et une histoire commune, les différentes cultures du pays ont de nombreuses références communes. Mais ce n'est pas ça à la base qui les unit.</p> <p>Tant que les fédéralistes raisonneront en terme de « culture européenne », de « sentiment d'appartenance », ils joueront précisément sur les mêmes cordes que les nationalistes. Comment diable les critiquer ensuite, alors que, finalement, leur projet ne serait pas de nature différente, mais simplement d'échelle.</p> <p>Proposons autre chose. Quelqu'un qui n'inclut ni « Nation », ni « culture » : une communauté de destin unie dans la diversité.</p> Construction européenne : Comment les intérêts économiques ont-ils dominés les idéaux politiques ? 2014-12-06T12:45:26Z https://www.thenewfederalist.eu/construction-europeenne-comment-les-interets-economiques-ont-ils-domines#comment20495 2014-12-06T12:45:26Z <p>Article intéressant. Merci.</p> <p>Je ne suis pas d'accord avec la première phrase : « il n'y a actuellement pas d'identité culturelle européenne ».</p> <p>En fait si. L'Europe, comme civilisation, existe depuis très longtemps. Ses fondements, ses mythologies, ses sources, sont bien connues.</p> <p>L'erreur est toujours de vouloir absolument dissocier l'Europe de l'Union européenne. Pour que cette dernière soit en effet autre chose qu'un marché commun, il faut qu'elle soit l'incarnation politique de l'unification d'une civilisation qui s'est déchirée au cours des siècles. Si elle est un autre projet, elle ne tiendra pas, pour les raisons précisément évoquées dans l'article.</p> <p>Pourquoi dès lors absolument vouloir construire quelque chose qui est en fait déjà bâti ? Effectivement, si on s'imagine pouvoir faire émerger une « culture européenne » propre à l'Union européenne, on se cassera les dents. C'est d'ailleurs déjà le cas.</p> <p>Mais si on prend conscience que la culture existe déjà, que nous n'avons qu'à la faire vivre, alors nous comprendrons pourquoi il est également important que le projet institutionnel soit porteur de prospérité et source de protection. Sans cela, l'Union n'a plus de sens.</p>