Europe : un point de non-retour - commentaires Europe : un point de non-retour 2015-07-19T18:19:30Z https://www.thenewfederalist.eu/europe-un-point-de-non-retour#comment21346 2015-07-19T18:19:30Z <p>@Alain : nous ne lîsons clairement pas les même sondages... ou pas de la même manière. Ce que j'observe c'est au contraire que bon nombre des critiques envers l'Europe concernent son absence ou son inaction plus que ce qu'elle fait effectivement. Par ailleurs il faut s'entendre sur ce que l'on appellel « approfondissement » : on parle surtout de modifier la manière dont l'Europe est gouvernée dans le sens d'une plus grande démocratie c'est à dire d'une république fédérale européenne, pas nécessairement de transférer plus de compétences dans l'immédiat.</p> Europe : un point de non-retour 2015-07-18T13:57:25Z https://www.thenewfederalist.eu/europe-un-point-de-non-retour#comment21343 2015-07-18T13:57:25Z <p>Si cela se passe comme vous le souhaitez, cela sera une pierre de plus vers l'assassinat de la démocratie européenne. Au dernier sondage il n'y a plus que 14 % des Européens favorables à un approfondissement.</p> <p>Pour retrouver sa légitimité, l'UE doit faire marche arrière toute et remettre l'économie au service du citoyen plutôt que l'inverse. Et cela c'est impossible depuis que les nouveaux maîtres sont le 1% le plus riche (caste prédatrice en voulant toujours plus) et que le nouveau dieu est le PIB à qui il faut tout sacrifier. Et c'est un dieu fallacieux : une catastrophe naturelle et la reconstruction boostera le PIB alors que dans les faits tout le monde s'est appauvri</p> Europe : un point de non-retour 2015-07-17T08:52:47Z https://www.thenewfederalist.eu/europe-un-point-de-non-retour#comment21339 2015-07-17T08:52:47Z <p>@ Alain ! Entièrement d'accord avec vous ! L'élargissement à marche forcée a été une erreur...largement encouragée par les Etats-Unis et leur allié dans la place, la Grande-Bretagne : c'est à eux que profitait le « crime » dans la mesure où une Union élargie se diluait aussi. Place alors à une zone de libre - échange entièrement dévouée aux intérêts économiques au détriment de l'Union politique qui trottait dans la tête des fondateurs. Qui encourage, une fois de plus, l'élargissement à la Turquie ? les U.S.A., dans le même esprit et pour se désengager du sol européen où le stationnement des troupes U.S. est onéreux. Depuis lors, la politique de POUTINE a modifié la donne, comme le terrorisme djihadiste, au même titre que la crise grecque. Tout cela mis ensemble donnera un coup d'accélérateur à l'intégration européenne : une défense commune, une sécurité commune, un parquet fédéral européen, un gouvernement économique...Les crises ont toujours servi de moteur à la construction européenne. C'est dommage, mais largement compréhensible quand la classe politique est devenue gestionnaire du court terme, boutiquière de ses petits intérêts égoïstes et d'une mauvaise foi insondable : la faute à « Bruxelles », toujours, quand les décideurs sont les mêmes, partout !</p> Europe : un point de non-retour 2015-07-17T04:06:09Z https://www.thenewfederalist.eu/europe-un-point-de-non-retour#comment21338 2015-07-17T04:06:09Z <p>Je dois légèrement corriger la lecture de Jean-Luc Lefèvre de mon commentaire, le ver n'était pas dans le fruit depuis le début, le projet a été dévoyé en 2004 avec un élargissement à des pays qui avait une tout autre vision. Il fallait créer un statut d'association qui leur aurait permis de tirer les bénéfices économiques et protecteurs qu'ils recherchaient sans inhiber le projet initial pour les membres.</p> <p>Je me permets de redire qu'à ce moment là on est passé d'un projet coopératif novateur à un projet impérial des plus classiques ; et tous les empires ont toujours finis de la même façon, par la répression suivie de l'éclatement</p> Europe : un point de non-retour 2015-07-16T18:36:30Z https://www.thenewfederalist.eu/europe-un-point-de-non-retour#comment21335 2015-07-16T18:36:30Z <p>Et si Stefano ET Alain avaient tous les deux raison ? Absence de courage et de vision, l'insignifiance nationale même, pour le premier, dévoiement du projet pour le second ! Leur seule spécificité ? Pour le second, le ver était dans le fruit dès l'origine, alors que le premier, comme moi, croit encore à la vision prophétique. Faut-il s'accommoder du constat, aussi juste soit-il ? Ce serait dénier à chacun le droit de corriger le tir, d'en revenir à l'enthousiasme des premiers jours. Car cet enthousiasme existait dans les années soixante du siècle dernier ! A la différence d'Alain, je ne crois pas que le ver était dans le fruit vers 1960. Je ne le crois pas car l'ai vécu ces moments d'euphorie. Je ne le crois pas car des SCHUMAN, des MONET, des DELORS n'avaient rien de commun avec « les vassaux de la finance ». Ne jugeons pas ceux de 1957 avec les lunettes de 2015 ! Si le projet européen a dérivé, c'est la faute à ses porteurs d'eau, pas à ses cadors...s'il en est encore, ce dont je doute !</p> Europe : un point de non-retour 2015-07-05T08:49:30Z https://www.thenewfederalist.eu/europe-un-point-de-non-retour#comment21279 2015-07-05T08:49:30Z <p>Ce n'est que la dernière étape d'un long processus :</p> <p>1) L'élargissement à l'est plutôt que l'approfondissement (avec un statut d'associé) est le signe du passage d'un projet sociétal solidaire à un projet impérial d'extension géographique</p> <p>2) La crise a remplacé « l'économie au service du citoyen » par « le citoyen au service de l'économie », l'alpha et l'omega de toute politique est la croissance du PIB alors que ce dernier n'est qu'un indice d'activité économique et même pas de création de richesse (gaspiller les ressource en jetant de la nourriture , en consommant de l'énergie pour d'absurdes 4X4, les réparations après accidents, ... augmentent le PIB mais sûrement pas la richesse totale</p> <p>3) La démocratie est attaquée de front : Junker « il n'y a pas d'alternative démocratique aux traités », Schültz « La Grèce a besoin d'un gouvernement de technocrate », et bien d'autres déclaration du genre</p> <p>4) La destruction économique du pays qui se rebiffe</p> <p>Non la vison ne s'est pas effondrée, les politiques vassaux de la finance et du 1% le plus riche l'a remplacé par une autre vision qui est en train de gagner dans la résignation des peuples. Depuis des années l'Europe devient la tyrannie la plus accomplie, ceux qui sont sous sa coupe ne s'en aperçoivent même pas et ne risquent donc pas de se rebeller</p>