Nicolas Sarkozy devant le Parlement européen : un résultat en demi-teinte

, par Nicolas Jean

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Nicolas Sarkozy devant le Parlement européen : un résultat en demi-teinte

Nicolas Sarkozy, président du Conseil de l’Union européenne pour 6 mois, a présenté ce jeudi 10 juillet les objectifs de la présidence française devant les députés européens réunis en session plénière à Strasbourg.

Deux idées fortes ont guidé le discours de M. Sarkozy : l’Europe protection et l’Europe par les faits. L’Europe doit en effet offrir une protection à ses citoyens, sans pour autant être protectionniste rappelle le Président Sarkozy, et l’Europe doit être visible en passant par un choix de politiques pragmatiques, comme celles retenues pour la Présidence française : environnement, immigration, défense européenne. S’il est clair que l’Europe ne doit pas s’enfermer dans le protectionniste, sous peine de se replier et de se refermer sur elle-même dans un monde en pleine mutation, elle doit se donner les moyens de protéger convenablement ses citoyens des différents chocs mondiaux.

Une vision intergouvernementale de l’Europe

Or, Nicolas Sarkozy reste sur une ligne très franco-française et semble répondre au moins autant à une demande politique française qu’à une demande européenne. Et surtout, les modalités retenues restent trop empreinte d’inter-gouvernementalisme.

Selon le Président Sarkozy, la démocratie européenne s’entend comme une démocratie participative dans laquelle le débat est plus à même d’influencer les États réfractaires que la décision elle-même. C’est nier totalement le pouvoir législatif du Parlement européen et son rôle de codécision sur des compétences qui devraient être encore plus élargies. Pourtant, le Parlement européen, étant élu par l’ensemble des citoyens européens, possède la plus grande légitimité démocratique pour traiter des questions européennes et la demande de Daniel Cohn-Bendit, à savoir faire adopter le pacte sur l’immigration en codécision, paraissait tout à fait pertinente.

La question de la défense européenne se heurte également de plein fouet à l’absence de la recherche de l’intérêt commun, et donc in fine à l’inter-gouvernementalisme. Comment ainsi associer une politique de sécurité autonome et une intégration dans l’OTAN, ou ne serait ce qu’une intégration dans l’OTAN quand l’arbitrage des choix des États est dicté par le seul intérêt national avant l’intérêt européen.

Remettre le citoyen au coeur de l’Europe

Si nous rejetons clairement toute forme d’inter-gouvernementalisme, synonyme de blocage et surtout d’obtention systématique du plus petit dénominateur commun, il faut souligner la volonté de la Présidence française de renouer avec les citoyens européens en leur proposant des thématiques qui leur parlent :
- le paquet énergie-climat qui répond à une inquiétude grandissante face à la détérioration de plus en plus visible de notre écosystème ;
- la politique d’immigration qui doit résoudre le paradoxe d’une espace de libre circulation et d’un traitement des droits d’entrée totalement indépendant et non harmonisé ;
- ou encore la PAC qui doit relever le défi de la sécurité alimentaire tout en prenant en compte les problèmes de plus en plus criants de famine dans le monde.

Ainsi, nous serons très vigilants et nous dénoncerons les volontés de recours à plus d’inter-gouvernementalisme et plus généralement le manque d’intégration européenne. Mais à l’image du Parlement européen qui semble avoir accueilli avec satisfaction le discours du Président Sarkozy, nous voulons faire confiance à cette Présidence du Conseil de l’UE et lui donner les chances de faire ses preuves.

Le pari sera gagné si les citoyens effectivement sentent que l’Europe peut influer positivement sur leur quotidien, et cela se vérifiera lors des élections européennes de juin 2009, à condition aussi que les partis européennes donnent un vrai enjeu politiques à ces élections.

Illustration : photographie de Nicolas Sarkozy lors de son intervention. Source : site de la PFUE.

Vos commentaires

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom